Un retard de livraison du quai sans impact pour la filière des énergies marines

Le chantier du quai du port de Brest dédié aux énergies marines renouvelables est à l’arrêt depuis l’été dernier. La structure métallique de l’édifice, achevée fin 2018, s’est déformée de manière inattendue. Au cours de la construction, les forces de poussée et butée qui s’appliquaient sur le quai ont dépassé les prévisions du constructeur Vinci et du maître d’œuvre Egis.

Nouveau quai dédié aux énergies marines renouvelables dans le port de Brest
Le nouveau quai de Brest dédié aux énergies marines renouvelables sera bientôt consolidé
© Panoramic Bretagne

Les deux entreprises étudient actuellement une solution de renforcement du quai. En attendant sa mise en œuvre, le chantier a été stoppé.

La Région Bretagne, maître d’ouvrage, et les entreprises de travaux intervenant sur le port, ont toutes souscrit des polices d’assurance adaptées à ce type de chantier exceptionnel. Les surcoûts engendrés devraient donc être couverts par les différents assureurs.

Offrir à Navantia une alternative logistique

La Région veillera à ce que la solution de renforcement proposée par Vinci offre exactement les mêmes fonctionnalités que celles du quai initialement prévu. Il n’y aura donc pas de conséquences pour le déploiement de la filière Energies marines. En revanche, le temps nécessaire pour comprendre le phénomène, étudier la solution de renforcement et la mettre en œuvre reporte la livraison du quai au printemps 2021.

Dans un premier temps, Navantia et Windar, chargés de la construction des fondations des éoliennes du parc Ailes Marines de St-Brieuc, ne pourront donc pas utiliser le quai, alors que démarrera la construction des composants des fondations en novembre 2020. Une alternative logistique est en cours d’étude avec le groupe naval espagnol, à savoir l’utilisation des autres quais du port de Brest, parfaitement adaptés au déchargement de pièces métalliques ne dépassant pas 100 à 150 tonnes.

Lire le communiqué de presse