Quand la digue rejoint le quai

C’est une étape majeure du projet de développement que vient de vivre le port de Brest. Jeudi 20 décembre, la digue et le quai et se sont rejoints pour délimiter les contours d’un gigantesque casier de 14 ha. Remblayée de sédiments marins, cette vaste « cuvette » formera dans quelques mois l’extension en mer du futur terminal destiné à accueillir à Brest les industries liées aux énergies marines renouvelables.

Après 22 mois de travaux, la jonction de la digue et du quai du futur polder marque un tournant dans le vaste chantier du port de Brest. Une étape qui a fait l’objet d’un geste symbolique ce 20 décembre : les équipes des entreprises Bouygues TP Région France et Vinci Construction Maritime et Fluviale se sont rejointes en passant sur une courte passerelle posée entre digue et quai, en présence du Président de la Région, Loïg Chesnais-Girard et de Pierre Karleskind, vice-président chargé de la mer et des infrastructures portuaires.

Le casier, actuellement rempli d’eau de mer et soumis au rythme des marées, sera par la suite rempli en deux temps, d’octobre 2019 à avril 2020 puis au cours de l’hiver 2020 / 2021. Un million de m 3 de sédiments, issus du dragage au pied du nouveau quai et des chenaux d’accès au port, sera nécessaire pour combler cet espace. L’usage de cette extension ne sera possible qu’en 2024 à l’issue du séchage et des travaux de renforcement des sols.

jonction
©Panoramic Bretagne

La digue : un défi technique

Longue de 900m, la digue est constituée d’une succession d’alvéoles métalliques circulaires, appelés gabions, connectés entre eux par des contreforts de plus petite taille. Véritable prouesse technique, sa construction, qui a démarré à l’été 2017, a nécessité le drainage d’une épaisse couche de vase au pied du polder et la mise en place de palplanches de 20 à 30 mètres de hauteur jusqu’au rocher.

Côté mer, la digue est en train d’être recouverte d’enrochements. Des cuvettes retenant l’eau à marée basse y seront insérées afin de favoriser le développement de la flore et la faune. Une fois cette extension consolidée, le sentier côtier prévu dans le cadre des aménagements paysagers du polder s’avancera sur les 400 premiers mètres de la digue, offrant aux promeneurs une vue imprenable sur le goulet et la presqu’île de Crozon.

Le quai : une solidité à toute épreuve

Le nouveau quai, construit parallèlement aux quais des formes de radoub n°2 et n°3, est long de 400 m. Constitué d’un assemblage de pieux et planches métalliques, il est complété en arrière d’une plateforme de manutention. Cet ouvrage étant destiné à accueillir des charges très lourdes convoyées dans le domaine des énergies marines renouvelables (un jacket pèse environ 1 000 t), le quai a été conçu pour avoir une haute résistance. Une solidité sans comparaison dans le port de Brest qui offrira des conditions logistiques uniques.

Deux navires-sabliers, effectuant 49 navettes entre Noirmoutier et Brest auront été nécessaires pour transporter les 120 000 m3 de sable destinés à combler cette plateforme. Pendant un an, la plateforme sera ensuite recouverte de monticules de terre pour accélérer les tassements. Une fois le sol stabilisé, et les travaux de voirie du bord quai réalisés, l’exploitation pourra commencer en 2020.

L’activité EMR bientôt lancée

Avec la clôture du casier, se profile la fin du chantier. Prochaines grandes étapes : les dragages de la souille du quai EMR dès octobre 2019, puis des chenaux et des bords à quai des quais de la plate-forme multimodale en 2020, pour permettre l’accès des navires, notamment de plus grandes tailles. Il faudra ensuite drainer et stabiliser le 1 million de m3 de matériaux pour que l’extension en mer de l’actuel polder soit pleinement opérationnel en 2024.

Le quai EMR sera disponible dès le printemps 2020, permettant ainsi le début de son exploitation. Ailes Marines, consortium en charge du projet « éolien posé » de Saint-Brieuc, devrait annoncer début 2019 le nom du fournisseur de ses fondations (jackets) dont une partie de la construction s’effectuera sur le polder de Brest.

Evolution de la digue et du quai formant les contours du futur polder