Au carrefour des espaces maritimes Manche et Atlantique, d’accès libre à la mer, le port de Brest s’inscrit au cœur des réseaux européens de transport. Port de commerce et site de réparation navale de premier plan au niveau régional et national, il constitue un atout majeur de l’économie bretonne.

Port de Brest ©CCI de Brest – Gabriel Pachoutine

Dans un contexte concurrentiel fort, la Région Bretagne, autorité portuaire depuis 2007, a engagé un ambitieux projet de développement, afin d’en accroître la compétitivité.

Programmé sur plusieurs années (2017-2024), ce vaste chantier, mené à terre et en mer, permettra de :

  • Développer les activités industrielles actuelles, en facilitant l’accès des bateaux de très grande taille aux quais
  • Favoriser l’implantation de nouvelles filières porteuses pour l’avenir économique du territoire, notamment celles liées aux énergies marines renouvelables, avec l’aménagement d’un nouveau terminal industrialo-portuaire.

Engagé sur plusieurs années (2016-2020), cet important programme de travaux a pour objectif majeur de créer de nouveaux espaces industriels sur les vastes réserves foncières situées à l’est du port de commerce. Il s’accompagne d’une optimisation de l’interface ville-port avec la réalisation de nouveaux espaces publics paysagers.

La Région sélectionne les entreprises qui construiront la digue et le quai du futur terminal EMR.

Un projet élaboré en concertation

La Région Bretagne a souhaité associer à ce projet tous les acteurs concernés par le développement du port.

Une première consultation citoyenne s’est tenue en 2012, puis une enquête publique, réglementaire, a été menée en 2014. A l’issue de cette première phase de dialogue, la commission d’enquête a rendu un avis favorable et sans réserve confirmant ainsi l’opportunité du projet et les choix effectués.

Cette commission a émis deux recommandations environnementales, qui ont été intégrées au projet :

  • Étudier l’implantation d’un herbier à zostères en rade de Brest
  • Créer un corridor écologique autour du merlon paysager qui sera aménagé en bordure du polder.

Consultez les rapports, avis et conclusions de l’enquête publique.

Un investissement pour l’avenir

Le financement de cet important programme d’investissement – 220 millions d’euros – est majoritairement assuré par la Région Bretagne, avec la contribution de l’ensemble de ses partenaires (Conseil départemental du Finistère, Brest Métropole, CCI métropolitaine Bretagne Ouest). Une subvention européenne (FEDER) a également été mobilisée.

  • 170 millions d’euros sont dédiés à la réalisation de la première phase de travaux (2017-2020 : aménagement et viabilisation de lots industriels sur le polder actuel ; construction du premier poste à quai EMR et de sa plateforme de manutention ; extension de 14ha ; dragage des accès ; aménagements paysagers).
  • La deuxième phase (construction d’un 2e poste à quai EMR ; stabilisation de l’extension de 14ha) représente 50 millions d’euros d’investissement ; elle accompagnera plus spécifiquement la mise en place de filières industrielles en devenir.

La BEI accorde un prêt de 90 M€ à la Région Bretagne