Coopération industrielle
La Bretagne en mission économique au Japon

Du 17 au 23 juillet, une délégation bretonne, conduite par Loïg Chesnais-Girard, 1er vice-président du Conseil régional à l'économie, l'innovation et l'attractivité, s'est rendue à Tokyo. Au cœur de ce voyage économique : l'internet de l'énergie et la cybersécurité.

Loig Chesnais Girard présentant les savoirs-faire de la Bretagne au Nedo, l'équivalent de l'Ademe en France
Loig Chesnais Girard présentant les savoirs-faire de la Bretagne au Nedo, l'équivalent de l'Ademe en France. Région Bretagne

Chaque été, depuis désormais douze ans, une délégation menée par des élus de la Région se rend au pays du Soleil levant pour y rencontrer les directions des grands groupes nippons installés sur le territoire breton et affermir des liens toujours plus étroits avec la Bretagne. Cette année, ce déplacement organisé par Bretagne Commerce International (BCI) était placé sous le signe de deux sujets stratégiques, pour la Bretagne comme pour le Japon : les smartgrids ou « réseaux intellingents » (l'internet de l'énergie) et la cybersécurité, domaines dans lesquels pourraient s'ouvrir une coopération industrielle avec des entreprises nipponnes. Les échanges ont été fructueux et se poursuivront dans les semaines qui viennent : les opportunités d'échanges technologiques, universitaires, économiques sont réelles et « La Bretagne a des parts de marché à prendre et des emplois à créer dans ces deux filières», considère Loïg Chesnais-Girard.

Le pôle d'excellence cyber breton mis en avant

Le premier vice-président en charge de l'économie et de l'innovation a présenté le Pôle d'excellence cyber aux représentants du groupe d'informatique et de télécommunication NEC, du National Center of Incident readiness and Strategy for Cybersecurity (NISC) et du ministère de la Défense japonais. Ils se sont montrés particulièrement intéressés par le travail dans ce domaine en Bretagne, en matière de formation, de recherche et de développement industriel. Il était accompagné d'Hassan Triqui, Pdg de Secure-ic, une PME spécialisée dans la protection des circuits électroniques.

Le savoir-faire breton dans les « smartgrids »

La délégation a, par ailleurs, fait valoir le projet de réseaux intelligents de distribution d'électricité Smile (comme « Smart Ideas to Link Energies ») et les savoir-faire bretons en matière d'internet de l'énergie auprès d'une vingtaine d'entreprises japonaises, lors d'une rencontre organisée par le NEDO,  équivalent de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise énergétique (Ademe) au Japon.

Seize entreprises nipponnes en Bretagne

On compte actuellement seize entreprises nipponnes en Bretagne sur 33 sites, représentant près de 3 000 emplois. Canon, Sanden, Nippon Suisan Kaisha Ltd (Nissui - Cité marine), Renesas, Mitsubishi Electric, Yoku-Moku sont parmi les plus connues. Ces deux dernières années, deux investissements d'importance se sont aussi concrétisés : l'installation à Concarneau de la première usine hors Japon fabriquant de la bonite séchée (le katsuobushi, condiment incontournable de la cuisine nippone), par la coopérative Makurazaki (qui sera inaugurée le 30 août prochain) et la création, à Rennes, de Sanden Environmental Solutions, nouvelle entité du groupe Sanden, spécialiste mondial des technologies du chaud et du froid.