Communiqué de presse
Jean-Yves Le Drian demande au Premier Ministre un remorqueur dans le Golfe de Gascogne

L’échouement du TK Bremen à Erdeven aurait-il pu être évité si le Golfe de Gascogne était encore doté d’un remorqueur de haute mer ?

Depuis l’été dernier et le départ de l’Abeille Languedoc du port de la Rochelle, le Golfe de Gascogne, qui abrite pourtant trois grands ports maritimes et plusieurs ports d’intérêt national, est désormais dépourvu de moyens de remorquage. Une situation qui ne doit pas perdurer.

Dans un courrier adressé au Premier Ministre, François Fillon, Jean-Yves Le Drian lui demande de « remédier à cette lacune » après l’accident survenu au cargo maltais sur la côté morbihannaise.
 
Le Président de la Région Bretagne lui demande « qu’au plus vite, un remorqueur de haute mer soit stationné dans le Golfe de Gascogne de manière à porter assistance dans les meilleurs délais aux navires en difficulté. »
 
Suite à l’accident de l’Erika en 1999, la commission d’enquête parlementaire dont Jean-Yves Le Drian était le rapporteur préconisait déjà la présence de 3 remorqueurs de haute mer sur la façade atlantique française, et avait proposé de généraliser dans l’Union européenne le droit pour un capitaine de port d’interdire à un navire de quitter le port notamment en cas de risque météorologique.
 
Pour Jean-Yves Le Drian, « l’Abeille Bourbon, positionnée à Brest et principalement assignée au dispositif de séparation du trafic d’Ouessant, ne peut pas à la fois veiller sur la pointe de la Bretagne, zone accidentogène majeure, et sur l’ensemble du Golfe de Gascogne. Elle doit être secondée dans ses missions par un nouveau remorqueur de haute mer ».
 
Il demande donc au Premier ministre de prendre « les dispositions nécessaires pour remédier au plus vite à cette lacune dans notre dispositif de sécurité en mer ».


Publié le


Partagez ce contenu